Captura de pantalla 2016-01-25 a las 9.01.23

Villava-Atarrabia

Villava

 

Villava-Atarrabia

Villava (Atarrabia en langue basque) est une ville espagnole de la Communauté forale de Navarre, située dans la circonscription de Pampelune, dans le bassin de Pampelune et à 4 km au nord-est de la capitale de la communauté, Pampelune, qui fait partie de sa zone métropolitaine. En 2013, sa population était de 10 308 habitants (INE). Son territoire communal s’étend sur 1,06 km², la plus petite superficie de Navarre, c’est pourquoi sa densité de population est très élevée.

Dénomination

Un débat a opposé les historiens navarrais quant à la dénomination de cette colonie avant la fondation de Villava par Sancho VI le Sage. Pour certains, l’ancien nom de la localité était Atarrabia, mais il ne s’agit que d’une hypothèse qu’aucune preuve archéologique et/ou documentaire n’a pu étayer. On ignore la signification ou l’origine de ce nom, mais il semblerait qu’il provient de la langue basque.
Certains linguistes affirment que le nom est l’union de « ate » (gorge), « Arre » (nom d’une localité voisine) et « ibia » (gué). Près de Villava, pour rejoindre le village voisin d’Arre, il existe une étroite gorge dans laquelle coule la rivière Ultzama, à laquelle il se pourrait que le nom d’Atarrabia fasse allusion, que l’on pourrait traduire par « le gué de la gorge d’Arre ». Cette hypothèse ne fait cependant pas l’unanimité, c’est pourquoi la signification d’Atarrabia reste incertaine. Or, la Juridiction générale de Navarre (rédigée vers le milieu du XIIe siècle) fait référence au pont de la Trinidad sous le nom de « Pont d’Atarrabia ».
Au XIIe siècle, le roi Sancho VI le Sage fonda près du bourg d’Atarrabia un village auquel il accorda les juridictions du nouveau bourg de Pampelune. Comme il était courant à l’époque, le Roi baptisa la ville et lui accorda le nom de « Villa noua » (ville nouvelle). Il s’agit donc d’un nom roman similaire à celui de beaucoup d’autres localités d’Europe, bien qu’il s’agisse d’un village fondé dans une région bascophone de Navarre. Le nom actuel de Villava est le fruit de l’évolution du nom d’origine de la ville (Villanova -> Villaova -> Villava) et de son adaptation par les habitants à l’orthographe et à la prononciation en langue basque, « Billeba » ou « Billaba ».
À la fin du XXe siècle, ceux-ci récupérèrent l’ancien nom d’ « Atarrabia », qui commença à être utilisé en basque par la population. Le gouvernement de Navarre, en vertu du décret foral 543/1991, établit alors pour la commune deux dénominations co-officielles : Villava et Atarrabia.

Villes limitrophes

Pampelune et Burlada au sud – sud-ouest, Ezcabarte au nord et Huarte à l’est – sud-est.

Histoire

Refondation en 1184 par le Roi Sancho VI de Navarre.
La ville connut les guerres napoléoniennes et les guerres carlistes et, vers le milieu du XIXe siècle, initia son industrialisation par l’implantation de l’industrie papetière qui allait attirer par la suite des usines de bois, de carton et de liqueurs.

Le Chemin de Saint-Jacques

Le tronçon français du Chemin de Saint-Jacques a marqué l’histoire de la ville. Situé à 35 kilomètres à peine de Roncesvalles, ce qui équivaut à une journée de marche, Atarrabia et en particulier l’ « Albergue de la Trinidad de Arre » allaient devenir le deuxième relais de repos des pèlerins avant l’ascension de la proche Pampelune.3
Le centre historique de Villava, avec sa « Calle Mayor », s’étend le long de ce chemin de pèlerinage et conserve l’essence médiévale du parcours.